In-vitro genome editing: no chance for a moratorium?

A 18-strong group of scientists from seven countries, including the US, China and several European countries, published a statement on March 14th in the science journal Nature calling for a moratorium on heritable genome editing. This document highlights how heterogeneous scientists’ positions on the topic can be. Some aspects of the issue are left unsaid, and a number of “star” biologists did not sign the paper. As the shockwave created by Lulu and Nana’s birth slows down, different stakeholders’ positions are becoming clearer. Let’s try to map their current stances.

A Who’s Who of Genome Editing

The interactive data visualization below displays the main actors of the controversy on the use of nucleases on human germline cells. It can be reodered according to different criteria, such whether they have signed previous statements (HGE Summit 2015, Napa Group) on the topic, their field of origin, or mother tongue.

Comparing actors highlights how they can align (or how they don’t) each time a new facet of the controversy arises. For example, Nobel Prize laureate David Baltimore signed the 2015 statement, but recently said in an interview that he was against a moratorium.

Germline genome editing: from basic research to applications

This last call for a moratorium targets a very precise domain: implanting modified human germ cells (ovocytes, sperm or embryos) so as to trigger a pregnancy. The best tools to do that are currently nucleases, and more specifically CRISPR-Cas systems.

The context is obviously very specific. The call first argues that the birth of Lulu and Nana shows such experiments are feasible, and that American scientists who were aware of this “clinical trial” chose not to disclose its existence publicly. But then, why ask for a moratorium on such trials when the Chinese authorities judged it was against the rules? And most importantly, when the vast majority of academic and political statements on the matter were already against implanting modified embryos?

Other arguments are even weaker. Quoted are the ideas that institutional statements since 2015 would have questioned the importance of a large consensus on such matters, or that the public interest in favor of genetic augmentation would have suddenly skyrocketed. Other collateral issues are left unadressed. Some of the scientists who signed this call are still locked in a patent warfare situation to assert their intellectual property on CRISPR-Cas systems. A moratorium would delay clinical trials on in-vitro interventions, which would therefore void any risk of opening another frontline in this battle.

A wobbly device

The arguments in favor of a moratorium are therefore far from being adamantine. On the one hand, the text alternates between using the words “nations” and “governments” in order not to mention the traditional “States”, the moral entities able to sign treaties and enforce its conditions on their territory. One has to acknowledge that the UNESCO and Oviedo conventions, which have binding effects for some countries (and effectively answer to the objectives of the call for those) were not able to establish themselves as international standards. On the other hand, leaving “nations” free to build their own model would be relying on the ability of States to self-limitation, which they are notoriously bad at. While Ulysses was able to bind himself to the mast to survive the Sirens, even respectable States sometimes try to infringe on their Central Banks’ independence, which is the closest example of State self-limitation one can find.

The call for a moratorium asks for three main provisions. After a fixed five-year period during which all trials would be blocked, any country considering them would have to publicly acknowledge its intent to do so. It would then have to evaluate to what extent such trials are relevant to the therapeutic need formulated, and ultimately check that the domestic social consensus is wide enough to permit the trial.
The authors sum up their stance with the following sentence: “the common principle would be all nations agreeing to proceed deliberately and with due respect to the opinions of humankind.” It implies that the aforementioned steps would enable the “respect to the opinions of humankind” to grow insofar as to become a binding rule for all. Can we conclude that a common, “universal” sense about the possibility of editing humans would thus be created?

Finding another way

The fact that many personalities did not sign the call is another hint its proposals are far from being consensual. While being de facto impossible to enforce, it could become another weapon wielded by actors who are actively hampering research. Such actors, who existed far before the emergence of synthetic biology fought against abortion rights or GMOs and have found a new battle in opposing life science research in CRISPR.
Other institutions, such as the recently formed WHO committee, suggest creating a central registry on active research in this particular field (germline genome editing). Creating such a database might seem to be a good idea, but it doesn’t solve the issue of scientists and laboratories who decide not to abide by the rules, which means to not publicly acknowledge the actual range of their research.

Of course, building binding frameworks of rules is a tough job. Forbidding a practice in a country often results in making it a market in another. Transgressions to established rules are virtually impossible to prevent: babies have been born through IVF combined with mtDNA or CRISPR interventions before any State could detect them.

Is it therefore impossible to regulate the use of nucleases in-vitro? Maybe not. Rather than indefinitely mourning the failed international mechanisms (such as the Oviedo convention or the International Criminal Court), one should try to build with bits and pieces taken from functional institutions.

A multilateral regulation agency

One of the recurring proposals comes from the famous geneticist George Church, according to whom States should be able to track gene editors by giving them a permit. He uses the driving license metaphor: if we can be confident you won’t use your car to kill people, the same should apply with a nuclease. The comparison has obvious limits. Do we really want to give the government, politicians, the executive power, the ability to allow or disallow this or that research? To validate this or that researcher or laboratory? Are our democratic mechanisms strong enough to manage and withstand that kind of power? The trend of the last decades has been to do the exact opposite. Independent agencies build a cutting-edge expertise on the sector they regulate, and therefore ensure a relative stability of the rules on the matter, and are identified interlocutors with which actors can engage.

The FDA has shown a credible ability to keep up with the pace of biotech innovation. In Europe, the Commission’s Direction de la Concurrence (Directorate for Competition) has mustered the clout to face both the financial power of mega-corporations and States’ political interference. If levelling clinical trials is still an objective that might prove hard to reach, the EU and the USA could collaborate in creating a multilateral agency that would set the standard in tracking the tools necessary to use nucleases. Rather than tracking scientists, it would start by tracking the reagents and the machines.

That could start with the certification and registering of the companies producing those, as well as their clients. It could be also extended to sequencing capacities, which prove to be an important link in the chain. Few counties will de facto be able to opt out of such standards, which would end up being necessary to any kind of scientific or industrial collaboration.

That doesn’t solve all problems. It would still be possible for a country to develop a complete autonomy in genome editing as to pursue its own national goals. No authority could counter those developments, as sovereignty of the country would prevail. But it is worth noting no country appears to show any will to engage in such a path.

A French version of this text was originally published on The Conversation (France)

Édition du génome in vitro : un moratoire impossible ?

File 20190403 177178 g5oulr.jpg?ixlib=rb 1.1
Une représentation artistique de l’usage de CRISPR Cas9, ici la recombinaison de l’ADN suite à une cassure double-brin.
Ernesto del Aguila III / NIH / Flickr

Guillaume Levrier, Sciences Po – USPC

Un groupe de dix-huit scientifiques de sept pays, dont la France, les États-Unis et la Chine, a publié jeudi 14 mars 2019 une tribune dans le journal scientifique Nature dans laquelle ils appellent de leurs vœux un moratoire sur l’édition du génome des cellules germinales. L’apport principal de ce moratoire est de mettre en contraste l’hétérogénéité des positions des scientifiques sur le sujet : d’une part ce que l’appel ne dit pas, et d’autre part pourquoi certaines des « stars » du milieu ne l’ont pas signé. L’onde de choc de la naissance des jumelles CRISPR, Lulu et Nana étant retombée, les positions de chacun ont eu le temps de décanter. Essayons de cartographier ces acteurs qui jouent un billard à plusieurs bandes.

Le Who’s who de l’édition du génome

L’infographie interactive ci-dessous permet de visualiser les principaux acteurs de la controverse autour de l’utilisation des nucléases chez l’humain, et de les ordonner selon différents critères : le fait d’avoir co-signé ou pas l’appel au moratoire de mars 2019, la déclaration du sommet de 2015 sur l’édition du génome humain, l’article du « Napa group » publié début 2015 appelant à prendre des précautions vis-à-vis de l’édition des cellules germinales humaines, ou encore champ académique d’origine et la langue maternelle.

L’intérêt de la comparaison mis en valeur ci-dessus est de mettre en lumière quels sont les groupes d’acteurs qui se cristallisent et s’expriment à chaque événement. Le prix Nobel David Baltimore a ainsi à la fois signé l’article de 2015 et s’est élevé dans une interview contre le récent appel à établir un moratoire.

Éditer le génome d’enfants à naître, entre recherche fondamentale et applications

Ce dernier appel (Moratorium 2019 sur l’infographie ci-dessus) vise un domaine bien précis : la réimplantation des cellules germinales (spermatozoïdes, ovules et embryons) humaines modifiées dans le but d’une conception. En l’état actuel de la science, les pistes les plus prometteuses pour réaliser ce tour de force sont les nucléases, notamment de type CRISPR.

Le contexte n’est pas anodin. Le texte utilise comme premier argument la naissance de Lulu et Nana en Chine, et le fait que des chercheurs américains qui avaient été mis au courant ont choisi de ne rien dire. Mais pourquoi demander un moratoire sur des essais cliniques alors que les expériences citées ont été jugées contraires aux règles en vigueur par les autorités chinoises, et que la plupart des déclarations académiques et politiques dans le monde sont en défaveur de toute réimplantation ?

D’autres arguments sont encore plus fragiles, comme l’idée que les déclarations institutionnelles depuis 2015 auraient minoré l’importance d’un consensus politique et social sur la question, ou encore que les intérêts en faveur de l’augmentation génétique auraient soudainement décollé. D’autres encore sont passés sous silence : certains des signataires de l’appel sont toujours dans une bataille de brevets pour savoir qui disposera de la propriété intellectuelle sur certaines des nucléases de type CRISPR, et retarder les éventuels essais cliniques sur leur utilisation in-vitro permet de neutraliser ex-ante un nouveau front de bataille juridique.

Un dispositif proposé nécessairement bancal

Les arguments en faveur d’un moratoire ne sont donc pas d’une solidité à toute épreuve, loin s’en faut. D’une part, le texte alterne entre l’usage des mots « nations » et « gouvernements », afin d’éviter le langage traditionnel des « États », entités morales capables de signer des traités et d’en faire appliquer les dispositions sur leurs territoires. Il est vrai que les exemples des conventions Unesco ou du Conseil de l’Europe sur la question, dont la convention d’Oviedo qui lie un certain nombre de pays européens et répond déjà de façon contraignante aux objectifs du moratoire demandé, n’ont pas réussi à s’imposer comme standards internationaux. D’autre part, sous prétexte de laisser les « nations » libres de construire leur modèle, il reposerait sur la bonne volonté de chaque État à s’autolimiter de façon souple, en répondant aux critères proposés par les auteurs.

Extrait de la bande annonce du documentaire « Code of the Wild ».“

L’appel au moratoire propose ainsi un dispositif reposant sur trois mesures. Après une période de blocage complet de cinq ans, tout pays qui voudrait autoriser des essais cliniques comportant une réimplantation de cellules germinales humaines modifiées devrait admettre publiquement qu’elle songe à autoriser de tels programmes pendant une durée de deux ans, puis déterminer si le type d’essais cliniques demandé répond à un besoin réel et justifié, et enfin déterminer s’il existe un consensus social suffisant pour mener à bien sereinement ces essais.

Et les auteurs de résumer l’état d’esprit de leur appel : « Le principe commun serait que toutes les nations acceptant le [moratoire] procéderaient de façon délibérée et dans le respect des opinions de l’humanité ». Le présupposé serait donc que ces étapes permettraient que « le respect des opinions de l’humanité » aille grandissant jusqu’à devenir contraignant pour tous. Peut-on supposer que la possibilité d’une modification de l’espèce humaine finirait par imposer à tous le sens de l’universel ?

Un autre chemin à construire

L’absence de nombreuses personnalités de la liste des signataires n’est pas anodine. En plus d’être de facto inapplicable, le moratoire risque de ralentir la recherche en donnant à certains acteurs sociaux, lesquels ont pu se construire antérieurement dans la lutte contre les OGM ou l’avortement, de nouvelles armes ou un nouveau terrain où combattre les sciences du vivant.

D’autres institutions, comme le comité récemment formé par l’OMS, proposent la création d’un registre central sur les recherches en cours de ce type. L’idée d’une grande base de données peut séduire, mais elle ne résout pas non plus la problématique des scientifiques et laboratoires qui décident de ne pas complètement jouer le jeu, c’est-à-dire de ne pas déclarer ou de ne déclarer que partiellement la portée de leurs recherches.

Il ne faut pas nier le fait que les cadres normatifs soient difficiles à construire. Interdire une pratique médicale dans un pays revient bien souvent à envoyer une partie de sa population y avoir recours dans un autre. De plus, les transgressions sont virtuellement impossibles à prévenir : que ce soit pour le transfert d’ADN mitochondrial ou pour CRISPR, des naissances ont eu lieu sans que les États ne puissent les empêcher, ou soient même au courant qu’elles se préparaient.

Est-il donc impossible de réguler l’usage des nucléases in vitro ? Peut-être pas. Plutôt que de porter indéfiniment le deuil des mécanismes internationaux qui ne fonctionnent pas (comme les conventions inégalement ratifiées ou appliquées comme la convention d’Oviedo, ou les juridictions internationales comme la Cour Pénale Internationale), il faut s’inspirer des mécanismes qui fonctionnent.

Agence de régulation multilatérale

Georges Church à Paris lors de l’évènement Hello Tomorrow.
https://twitter.com/hellotmrc/status/1107936816387317760

Une des propositions récurrentes vient du célèbre généticien George Church, selon lequel il faudrait que les États puissent surveiller les chercheurs en génétique, par le biais d’un permis. Il utilise l’image du permis de conduire, qui certifie la capacité à conduire de façon responsable. De même, un permis de « génie génétique » permettrait de suivre les chercheurs et les industriels. Mais la comparaison atteint vite ses limites. Faut-il donner au gouvernement, donc au politique, le pouvoir d’autoriser telle ou telle recherche, de valider tel ou tel chercheur ? Disposons-nous des mécanismes démocratiques capables gérer ces enjeux ? La tendance des dernières décennies a au contraire été de confier ces pouvoirs aux autorités indépendantes expertes dans leur domaine, ou au juge, afin d’assurer une certaine stabilité du cadre juridique et de normer les pratiques.

Certaines agences de régulation, comme la FDA, ont prouvé leur capacité à s’adapter à la vitesse de l’innovation biotechnologique. D’autres, comme, en Europe, la DG Concurrence, font face aux puissances financières des multinationales et aux lobbying politique des États. Si l’uniformisation totale des essais cliniques reste un défi, l’Union européenne et les États-Unis pourraient collaborer et mettre en commun leur savoir-faire pour concevoir une agence multilatérale chargée du contrôle et du suivi des moyens nécessaires à la recherche et à l’utilisation des nucléases. Plutôt que de pister les scientifiques, il serait peut-être plus efficace de suivre et contrôler les machines.

Cela peut passer notamment par la certification et l’enregistrement des entreprises fournissant réactifs, nucléases et guides ARN ainsi que de leurs clients. De même, cela peut aussi passer par l’enregistrement des machines de séquençage ADN à haut débit dans le secteur commercial et pour la recherche. Peu de pays pourront alors se permettre de ne pas adhérer de facto aux standards d’un tel système, qui serait nécessaire à toute collaboration scientifique et industrielle.

Cela ne résout pas toutes les éventualités. Il serait toujours possible pour un pays de développer une autonomie complète en la matière en vue de remplir ses propres objectifs nationaux. Nulle autorité n’aurait alors a priori les capacités d’intervention pour contrer ces développements, mais il reste à l’heure actuelle difficile d’imaginer qu’un pays aurait intérêt à s’engager seul dans cette voie.The Conversation

Guillaume Levrier, Doctorant – CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po), Sciences Po – USPC

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

La Chine, CRISPR et les post-humains

File 20190225 26184 1s786wn.png?ixlib=rb 1.1
Modifications de l’ADN. Astrazeneca/Vimeo, CC BY

Guillaume Levrier, Sciences Po – USPC

L’affaire des jumelles chinoises Lulu et Nana dont le génome a été modifié par nucléase CRISPR est en passe de devenir une saga. Le sort de He Jiankui, le scientifique qui a organisé leur naissance, est au centre des interrogations. Il aurait tour à tour disparu des radars ; en passe d’être condamné à mort ; sur le point d’être proclamé héros national ; et aujourd’hui on le soupçonne d’avoir voulu donner aux deux bébés, grâce à la modification génétique, une intelligence et une mémoire hors du commun en même temps qu’une immunité au VIH. Retour sur les enjeux des utilisations des nucléases sur l’humain, entre rumeurs et avènement d’une nouvelle espèce post-humaine.

Le posthumain, figure mythologique de la philosophie moderne

Le thème de l’humain génétiquement augmenté, qui se différencie de l’espèce « naturelle » est relativement ancien. Dès le début du XXe siècle, les frères Haldane et Julian Huxley, entre autres, formalisent et explorent les thèses eugénistes qui pousseraient vers une « amélioration génétique ». Le tournant du XXIe siècle, et les progrès faits dans le séquençage de l’ADN et sur le clonage des mammifères, connaît un regain d’intérêt pour ces questions, avec des œuvres comme celles de Peter Sloterdijk (Règles pour le parc humain, 2000), Jurgen Habermas (L’avenir de la nature humaine. Vers un eugénisme libéral ?, 2001), ou encore Francis Fukuyama (Our Posthuman Future : Consequences of the Biotechnology Revolution, 2002). La possibilité du post-humain est aujourd’hui solidement implantée dans notre référentiel philosophico-politique. Mais, jusqu’à maintenant, son ancrage dans le réel est bien moindre.

Les selfies de He Jiankui

Selfie pris par He Jiankui avec Jennifer Doudna à la conférence du CHSL en août 2016 et publié sur son blog personnel. http://blog.sciencenet.cn/home.php ?mod=space&uid=514529

Revenons à l’affaire He Jiankui. Premier soupçon : l’État chinois n’aurait-il pas commandité la naissance d’enfants augmentés génétiquement afin d’envisager le déploiement d’une infrastructure visant à générer des humains plus performants ? La vérité est certainement plus complexe. En investissant massivement dans les nouvelles technologiques, et particulièrement dans les sciences de la vie, la puissance publique chinoise met en place des conditions propices à l’innovation biomédicale. La taille de ce pays, sa fragmentation administrative et sa difficulté à séparer et articuler les pouvoirs entraînent nécessairement l’apparition de failles difficiles à surveiller. L’administration chinoise est responsable de n’avoir pas su détecter et interdire ce programme à temps, mais rien n’indique pour l’instant qu’elle soit coupable (ou même capable) de l’avoir organisé.

He Jiankui et Michael Deem, professeur en génie génétique à l’université Rice au Texas. Jeff Fitlow/Rice University

D’où la volonté apparente de la Chine, doublée d’une stratégie de communication à visée à la fois intérieure et internationale, de sanctionner la transgression. L’annonce des naissances a été suivie de plusieurs actes. La rumeur a d’abord été que le chercheur chinois était injoignable, qu’il avait « disparu ». Une photo de lui au balcon d’un appartement de Shenzhen a ensuite été diffusée, insistant sur le fait qu’il était manifestement assigné à résidence. L’annonce d’une enquête en cours a provoqué quelques remous lorsque le chercheur britannique Robin Lovell-Badge a maladroitement laissé entendre que ce type d’infraction en Chine pouvait aller jusqu’à la peine de mort, ce qui a eu un écho médiatique disproportionné (et est resté sans fondement).

He Jiankui (tout à gauche) et Craig Mello, prix Nobel de médecine 2006 pour la découverte de l’interférence par ARN (RNAi), qui a été tenu au courant de l’expérience avant les naissances. Photo diffusée par Antonio Regalado

Parallèlement, on a appris que le nombre des personnes qui étaient dans la confidence de la prochaine naissance des bébés était plus important que soupçonné. L’attention manifeste de He Jiankui à vouloir être photographié avec ses idoles aurait pu être une indication. Finalement, c’est la publication d’articles de presse à Hong Kong évoquant la remise du rapport de l’équipe d’enquête du Guangdong qui a permis, finalement, d’établir la position officielle chinoise.

Au Guangdong, gérer l’improbable

Les articles commentant le rapport de cette équipe mandatée pour l’affaire nous apportent deux informations majeures. Outre la confirmation explicite que l’opération a bien eu lieu et que les jumelles existent, on y lit qu’une autre grossesse est en cours.

報道又指出,在有關實驗中,最終有兩名志願者懷孕,其中一名已生下雙胞胎女嬰,名叫露露和娜娜,另一名志願者正在懷孕。廣東省對已出生嬰兒和懷孕志願者,將在國家有關部門的指導下,做好醫學觀察和隨訪等工作。

« Le rapport note que dans le protocole visé, deux volontaires sont tombées enceintes. L’une d’entre elles a donné naissance à deux jumelles nommées Lulu et Nana, et une autre volontaire est toujours enceinte. Les enfants et les volontaires sont suivies médicalement dans la province du Guangdong sous la gouverne des autorités compétentes. »

On y apprend aussi que la province du Guangdong en particulier et l’État chinois en général n’a pas l’intention de laisser l’affaire sans suite. C’est d’autant plus facile que He Jiankui, s’il a le mérite d’avoir su mobiliser l’intervention d’une grande palette de compétences pour organiser ces naissances, n’est a priori pas en lui-même scientifiquement irremplaçable.

調查組對賀建奎及涉事人員和機構將依法依規嚴肅處理,涉嫌犯罪的將移交公安機關處理。

« L’équipe chargée de l’enquête examine avec grand sérieux les cas de He Jiankui, des personnes et des institutions impliquées dans cette affaire, laquelle sera transmise aux autorités concernées. »

Dernier acte en date : CCR5∆32, le variant posthumain

La couverture de l’affaire par le MIT Technology Review. MIT

Le dernier rebondissement en date vient d’être déclenché par un article d’Antonio Regalado, journaliste au MIT Technology Review, connu pour être en pointe sur ce sujet. De façon peut-être un peu surprenante, il annonce que les jumelles pourraient avoir des capacités cognitives artificiellement supérieures. Il se base sur la publication très récente d’un article dans le journal Cell, lequel explique notamment que les porteurs humains de ce variant (qui permet qu’une protéine ne soit pas produite) auraient une meilleure récupération neuronale après un accident vasculaire cérébral. Certain ont même vu une certaine malice dans le choix de l’image d’illustration, digne d’un meme Internet, expression puisant elle-même son origine dans le vocabulaire génétique.

Ce variant irait même jusqu’à permettre une cognition améliorée chez les souris. Le lien entre CCR5 et les performances cognitives a déjà été exploré par le passé. Une étude montrait des pistes sur un lien entre son expression et les capacités de mémorisation de souris de laboratoire. He Jiankui était manifestement au courant de cette étude, laquelle lui a été opposée comme un risque neurologique pour les jumelles issues de son protocole lors de sa présentation.

Les jumelles Nana et Lulu seraient donc, en plus d’être potentiellement invulnérables à un certain type de HIV, peut-être génétiquement dotées « d’aptitudes cognitives supérieures ».

Le débat sur les déterminants génétiques de l’intelligence

Reste à déterminer ce qu’est une « capacité cognitive » pour l’humain du XXIe siècle. Est-elle nécessairement en ligne avec celle de la souris de laboratoire ? Et cette modification de CCR5 permettrait-elle d’améliorer une personne ? Des études précises, à l’aide des données extraites par les services publics ou privés de séquençage d’ADN haut débit, peuvent-elles être faites pour savoir si les humains actuels dotés de ce variant sont « plus intelligents » que la moyenne ?

À ces difficultés s’ajoutent les défis bien connus de la mesure de l’intelligence. Les tentatives empiriques de la mesurer n’ont pas encore abouti à des théories stables, ou faisant consensus. La question de l’expression ou pas d’un gène dans ce contexte ne fait qu’ajouter à l’instabilité théorique : en tirer des leçons générales demanderait une échelle statistique bien plus grande et surtout un peu de temps. L’impact réel sur la santé de Lulu et Nana et sur l’évolution de leurs capacités cognitives reste une inconnue de plus à laquelle nous n’aurons des réponses que dans plusieurs années.

Guillaume Levrier, Doctorant – CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po), Sciences Po – USPC

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

The Dawn of the Nuclease Age

The birth of Lulu and Nana has brought to light a major change in the course of our time. A new span has been opened when we, sentient lifeforms, have suddenly gained the ability to change genes in a generation yet to be born. Many dates can be traced back as the source for such milestone. History will probably remember 2012, when the most well-known nuclease, CRISPR-Cas9, was first introduced to the public as a tool to rewrite life.

Those terms, though still far from being household words, have been used by biologists for decades. What does it all mean? CRISPR-Cas9 is a technique derived from a bacterial defense system against virii. This biological system targets DNA sequences identified as foreign. But it can be modified in the laboratory in order to locate and cleave a designated DNA sequence. If used on a gene in a human cell, the organism will try to repair itself. It can do so by using the second available version of the gene, or allele, or use a DNA sequence brought in as a model. This CRISPR technique makes genome editing faster, cheaper and more reliable than what it used to be. It is a means, though still under active development, to rewrite DNA. We thought we had entered the Anthropocene more than two centuries ago. But we really just entered the age of the nucleases.

The change comes once more from the laboratory. The “Anthropocene” expression, which designates the geological era following the Holocene, implicitly carries the idea of human responsibility as the major geological factor on the planet. This idea escaped the scientific circles two decades ago. This “semantic virus”, as philosopher Peter Sloterdijk put is, soon contaminated the political sphere. It is a means to put mankind to trial for the damages inflicted to the Biosphere, a syntagma powerfully echoed throughout society. Even Karl Marx, centuries ago, wrote in the first book of the Capital: “Labour is, in the first place, a process in which both man and Nature participate, and in which man of his own accord starts, regulates, and controls the metabolism between himself and Nature.”

This idea of metabolic regulation links back to the living. The Anthropocene uses orders of magnitude who belong to rocks, not to the talking animals we claim to be. Our main concern might not be the overall distribution of carbon on the planet, but the capacity to edit genetic information whose expression, modulated by many factors, end up with creating humans. The technical mechanisms which enable us to rewrite DNA was always in the biosphere. Humans are currently learning how to weaponize the system.

CRISPR biopolitics

This crucial disruption in our History revives specific political perspectives. The concept of “biopolitics”, popularized by Michel Foucault in his History of Sexuality and reshaped by Giorgio Agamben in Homo Sacer, creates a distinction between the biological life, named zoe by the ancient Greek, and the political life, the bios. Agamben explores this dichotomy which lays the foundations of sovereign power. While it only supposed to deal with the bios (bios politikon, life in the city), but also reach as a last resort the zoe, the sovereign power – which hence revendicates the monopoly on physical violence – “creates” a biopolitical body. From Auschwitz to Guantanamo, the State can create areas in which individuals do not have any fundamental or political rights left (and hence lose their bios), all the while remaining subject to State violence organized by this same right. They become vulnerable to their fullest physical extent.

Using nucleases on human beings reconfigures this structure. Scientists, thanks to the infrastructures (hospitals, universities, laboratories) and human talent (students, engineers, researchers) put at their disposal by States, organize the intervention of the bios on the zoe, of the product of genetic engineering on DNA sequences whose expression will end up in one or more human lifeforms. The “norm”, in the sense of the structure that allows for organizing human societies, articulates “violence”, the intervention capacity of the community on the biosphere (humans included), to a yet unparalleled level.

Augmented humanity

The dawn of the nuclease rises from a rupture breaking the previous biopolitical binarity. If we agree with Agamben’s postulate that “the production of a biopolitical body is the original act of the sovereign power”, which means in substance that sovereign power lies in its ability to create an exception that allows it to bring to life or put to death, then we need to acknowledge that “bringing to life” is redefined by the power of the nucleases. This deliberate human handling of another parameter constituting the zoe, this ability to modify the conception of a future human being and its children after her or him, prompts questions about the design of an “augmented” humanity.

A hurdle to this reasoning would be that Lulu and Nana’s birth do not result from a deliberate and organized political project, but instead embodies a transgression. Its author would have been, at least morally, sanctioned. Analyzing the long series of texts which warn against the consequences of those techniques (institutional and parliamentary reports, international platforms such as the UNESCO or the Oviedo Convention) shows how unprepared we are to deal with such technology. Our collective inability to build an international frame to structure the debate and the ensuing norms was making room for such transgressive procedures to happen. He Jiankui successfully navigated under the radar of the international and national Chinese agencies. It appears that it wasn’t really hard to do so.

How did a man with so few published papers in this precise sector could manage such a feat? The technique had been debated and documented before, and the skills one doesn’t have can be bought from others. IVF are complex operations but became routine decades ago. Publications on CRISPR, human and animal, are numbered in thousands. It did happen a lot earlier than most anticipated. As it has always been the case with CRISPR.

A lot of scientific peer review, information, and context need to be brought to light concerning the birth of Lulu and Nana, the first CRISPR babies. But as the days, weeks and months go by, the feeling that this was the spark highlighting the tilt is getting stronger. We definitely have entered the age of the nucleases.

À l’aube de l’âge des nucléases

File 20181201 194944 1tjh8v.jpg?ixlib=rb 1.1
Division cellulaire. L’ADN est en rouge. Wellcome, CC BY-NC-SA

Guillaume Levrier, Sciences Po – USPC

Un nouvel âge s’ouvre devant nous avec la naissance de Lulu et Nana. Leur conception par fécondation in vitro, si elle a bien eu lieu dans les conditions décrites, a été pour la première fois l’objet d’une intervention CRISPR. C’est le symptôme que l’humanité a changé d’ère. Ce changement ne date pas d’hier, ni de la semaine dernière, mais de l’année 2012. C’est à cette date que s’est stabilisée la technique CRISPR-Cas9, devenue symbolique des nucléases.

Ces termes, encore trop peu entrés dans le débat public, font désormais partie du vocabulaire courant des techniciens du génome. De quoi parle-t-on ? CRISPR-Cas9 est dérivé d’un système de défense bactérien qui découpe l’ADN des virus qui l’attaquent. Ce système cible les séquences ADN qu’il reconnaît comme étant étrangères. Mais il peut être modifié en laboratoire pour repérer et découper une séquence ADN déterminée. Si on l’applique sur un gène de cellule humaine, l’organisme pourra essayer de se réparer en utilisant le brin d’ADN intact comme modèle. Ce processus peut lui-même être réorienté en injectant une séquence ADN artificielle, qui sert alors de modèle à la réparation. La technique CRISPR-Cas9 renforce considérablement les procédés précédemment utilisés par les biologistes moléculaires. Elle est rapide, fiable, efficace et relativement peu coûteuse. C’est un moyen, toujours en développement, de réécrire l’ADN. Nous pensions vivre dans l’Anthropocène. En réalité, nous venons d’entrer dans l’âge des nucléases.

Le changement vient encore une fois du laboratoire. L’expression « d’Anthropocène », ère géologique succédant à l’Holocène veut pointer la responsabilité de l’humanité comme principale force géologique planétaire. Elle a fusé hors de certains cercles scientifiques il y a une vingtaine d’années. Ce « virus sémantique », comme le qualifie le philosophe Peter Sloterdijk, a contaminé la sphère politique. C’est un moyen de mettre en procès l’humain pour les dommages qu’il inflige à la biosphère, un syntagme qui a su trouver des échos forts parce que son essence de pensée est ancienne. On trouve par exemple dans le premier livre du Capital de Karl Marx une qualification de l’action humaine particulièrement pertinente sous ce jour : « le travail est d’abord un procès qui se passe entre l’homme et la nature, un procès dans lequel l’homme règle et contrôle son métabolisme avec la nature par sa propre action. »

Cette idée de métabolisme rattache au vivant. L’Anthropocène manie des échelles de grandeurs qui sont plus celles des cailloux que des animaux parlants que nous sommes. Or, la rupture principale qui nous concerne n’est peut-être pas celle du carbone, mais la capacité à modifier l’information génétique dont l’expression, modulée par de nombreux facteurs, aboutit à l’humain. Le moyen technique de cette capacité à modifier l’ADN était déjà contenue dans le vivant. L’être humain se sert de différentes techniques issues de l’usage des nucléases (à « Doigts de Zinc », de type TALE ou CRISPR) pour modifier sa biologie.

CRISPR et le biopolitique

Giorgio Agamben. https://gabriellagiudici.it, CC BY

C’est une rupture majeure dans l’histoire de l’humanité. L’expression du concept de « biopolitique », popularisé par Michel Foucault dans La Volonté de Savoir et refaçonnée par Giorgio Agamben dans sa série Homo Sacer, pose une distinction entre la vie « biologique », nommée par les Grecs zoe, et la vie « politique », permise par la maîtrise du langage, nommée bios. Agamben explore cette dichotomie à partir de laquelle se fonde selon lui le pouvoir souverain. En ce qu’il ne s’occupe a priori que du bios (bios politicon, vie dans la cité) mais peut aussi en dernier recours atteindre la zoe, le pouvoir souverain – qui revendique le monopole de la violence physique – « fonde » un corps biopolitique. D’Auschwitz à Guantanamo, l’État peut créer des zones dans lesquelles les individus n’ont plus de droits fondamentaux ou politiques (et perdent donc leur vie en tant que bios), tout en restant sujets à la violence de l’État organisée par ce même droit. Ils deviennent vulnérables jusque dans le fonctionnement vital de leurs corps (zoe).

L’utilisation des nucléases sur l’être humain vient reconfigurer cette structure. Le scientifique, grâce aux infrastructures (hôpitaux, universités, laboratoires) et au talent humain (étudiants, ingénieurs, chercheurs) que l’État met à sa disposition, organise l’intervention du bios sur la zoe, du produit du génie génétique humain sur la séquence d’ADN dont l’expression aboutira à une ou plusieurs formes de vies humaines. La « norme », au sens de la structure qui permet l’organisation du génie humain, articule la « violence », la capacité de l’intervention de la communauté sur la structure d’organisation du vivant lui-même, à un niveau jusqu’ici sans égal.

Humanité augmentée

Un génome humain présenté sous la forme d’une série de livres en minuscules caractères à la Wellcome Collection. Russ London/Wikipedia, CC BY-SA

L’âge des nucléases naît donc d’une rupture qui s’affranchit de la binarité biopolitique précédente. Si l’on adhère au postulat d’Agamben que « la production d’un corps biopolitique est l’acte original du pouvoir souverain », en d’autres termes que le pouvoir souverain réside dans sa capacité à créer l’exception permettant de faire vivre ou de faire mourir, alors il faut prendre acte de la redéfinition du pouvoir « faire vivre » par l’action des nucléases. Cette prise en main par l’humanité des modifications d’un des paramètres de ce qui fait la zoe, de ce qui fait la vie biologique, le fait que les modifications soient volontaires, affectent directement la conception d’un enfant et soient de plus héréditaires, posent immédiatement la question de la possibilité de la mise en chantier d’une forme d’humanité « augmentée ».

On pourrait opposer à ce raisonnement que justement, la conception de Lulu et Nana ne résulte pas d’un projet politique conscient et organisé, mais a tout d’une transgression et que l’auteur est déjà, ne serait-ce que moralement, sanctionné. Si on analyse la longue série de textes qui mettent en garde contre les conséquences que ces techniques peuvent produire (des rapports institutionnels nationaux aux grandes plates-formes internationales comme le comité de bioéthique de l’Unesco ou encore la convention d’Oviedo), les difficultés à modifier les accords anciens en raison des découvertes récentes, la multiplicité des propositions de chartes (dont celle que He Jiankui a fait publier trois jours avant la révélation), on pouvait prédire que – faute d’un accord mondial – une bonne composante de transgression (et de passage à l’acte personnel) accompagnerait la première naissance de bébé modifié. En effet, il apparaît aujourd’hui que He Jiankui était passé sous les radars des différentes agences et institutions de l’État chinois.

L’incrédulité est peut-être plus du côté de certains scientifiques que des politiques : comment un homme avec si peu de publications et de renommée dans ce secteur a-t-il pu être l’auteur d’un tel tour de force ? D’autres sont moins étonnés : la technique avait déjà été débattue et documentée, et les compétences dont on ne dispose pas s’achètent. Les fécondations in vitro sont des opérations complexes mais de routine depuis des dizaines d’années, les publications sur l’utilisation de CRIPSR sur des cellules animales et humaines se comptent en milliers. Certes, c’est arrivé beaucoup plus tôt que certains l’anticipaient. Comme toujours avec CRISPR.

Beaucoup de preuves, d’informations, de contexte restent à apporter sur ces naissances. Mais à mesure que les jours s’écoulent, le sentiment qu’il s’agit de l’étincelle qui éclaire le basculement se renforce. Nous sommes définitivement entrés dans l’âge des nucléases.

Guillaume Levrier, Doctorant – CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po), Sciences Po – USPC

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

CRISPR: designing rules to catch-up with science

The birth of Lulu and Nana, if it was what Chinese scientist He Jiankui says it was, opens a new scope of possible futures. Biotechnologies that rely on nucleases, among which CRISPR-Cas9 but also TALE and “Zinc Finger” nucleases, can cut in many turfs. Being able to precisely edit DNA or RNA, the two fundamental blocks of life, changes our relationship to our bodies, care and health.

Such a change will happen in our minds before it is distributed by the State. Not that public policy monks are against biomedical innovation: they often welcome it as a means to battle long-term diseases which disproportionately saddle public finances. Yet few countries allow, let alone foster, human embryo research. Enabling babies to be born free of such disease doesn’t seem to be a major political priority.

Genome editing is not an unidentified political object. Decades of GMO (Genetically Modified Organism, colloquially describing plants who received additional genes through genomics) debate have structured the political fracture on this topic.

GMOs first politicized genome engineering. The traditional breeding techniques, used on both plants and animals, didn’t trigger such debate. Bananas and cattle, among others, underwent a transgenerational selection processes which ended up being far more productive for our species than for theirs (though they did see an exponential rise in absolute value of individuals in a very short time). The biopolitical technologies and infrastructures enabling us to intervene on genes have existed for millennia. What is changing is the level and the scale of the intervention, from selection to precision, from plasmids to nucleases, from corn to sapiens. The technology of government used to manage the biosphere must evolve along with the change.

Chinese ambiguity

Not all countries are equal on that matter. While Europeans have been wary such technologies, China is on the move. It wasn’t always the case. But an important signal was given in 2013 when Xi Jinping, the Chinese president, gave a green light to GMOs while recalling in a speech his own experience of the 1960s famine, which remains a powerful trauma in the RPC’s recent political history. It is said that China would keep in its strategic backup supplies twice the grain kept by other nations (six month’s consumption instead of three).

In 2015, 3.7 million hectares of GMO crops (mostly cotton) were cultivated on Chinese soil. GMO corn, sometimes imported from the US, remains a political issue. The Chinese institutional structure, which relies on a conception of checks and balances different from the Western world and doesn’t make much room for some forms of social dissent, allows for swifter action on matters considered as strategic by the Party.

Making genome editing a human affair might also be made easier by the social culture shaped by previous policies. The now defunct One Child Policy has given the Chinese State a strong foothold in its citizens’ intimacy. What is elsewhere known as “planned parenthood” has become well-establish system designed to invade procreative mechanisms. The scraping of the policy in 2016 didn’t trigger a baby boom: the idea of the “qualitative child”, nurtured by her or his family’s sacrifices to reach the highest educational, health and professional heights, dies hard. In this context, making sure that the future child will have the best possible variants of some targeted genes is just another link in an already existing chain. George Church, a star geneticist, has started exploring which alleles could give an advantage to its bearer (among which CCR5 delta 32, the variant on which Lulu would be homozygote and therefore immune to HIV-1, can be found).

If other nations start implementing such technologies in their family planning strategies, it will be hard for the remaining States not to jump in. Worse, how could we justify not using those technique to parents bearing grave monogenic diseases, while their children could and would be born healthy in other countries?

CRISPR : construire des normes pour rattraper la science

File 20181202 194941 1pq1phu.jpg?ixlib=rb 1.1
La Chine fait partie des Etats qui peuvent faire évoluer leur position vis-à-vis de l’édition du génome très rapidement.
Flickr/Remko Tanis, CC BY-NC-ND

Guillaume Levrier, Sciences Po – USPC

La naissance de Lulu et Nana, si elle est définitivement confirmée et bien de la nature décrite par le chercheur chinois qui a organisé leur conception, ouvre un large champ de possibilités pour le futur. Les technologies biomédicales reposant sur les nucléases qui ont permis cette prouesse, dont CRISPR-Cas9 mais aussi les TALEn et les « Doigts de Zinc », ont un très large domaine d’intervention. Être capable d’intervenir de façon précise sur l’ADN ou l’ARN, éléments fondamentaux et constitutifs du vivant, c’est changer notre rapport au corps, aux soins et à la santé.

Cette transformation se fera dans les esprits avant d’être déployée par la puissance publique. Non pas que les États soient contre l’innovation médicale : ils sont bien souvent les premiers à en être demandeurs, en particulier lorsque ces techniques permettent de combattre les affections de longue durée (ALD), coûteuses pour les systèmes de santé. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale, PLFSS 2019, actuellement en discussion au Sénat, prévoit ainsi dans son article 29 de compléter le dispositif d’expérimentation ouvert en 2018 pour « l’innovation du système de santé ». Près de 370 projets auraient déjà été déposés, et l’élargissement doit ouvrir la porte au soutien de projets encore plus ambitieux. Pour autant, le cadre actuel des recherches sur l’embryon en France ne permettra pas d’y faire naître les prochaines thérapies géniques in vitro, à moins que la révision de la loi de bioéthique devant intervenir au cours de l’année 2019 ne change radicalement la donne.

Les modifications génétiques sur le vivant ne sont pas pour autant un objet politique non identifié. Des décennies de débats sur les OGM (organismes génétiquement modifiés, désignant dans le langage courant des produits agricoles dont certains gènes ont été insérés par des techniques de génie génétique) ont structuré un fort clivage sur ces questions.

L’arrivée des OGM constitue en effet la première rupture qui a politisé l’intervention sur le génome. La promotion organisée, beaucoup plus ancienne, de certains caractères phénotypiques, n’avait pas fait de tels débats. La banane et la pastèque, parmi bien d’autres, ont fait les frais d’une sélection peut-être plus utile à notre stratégie évolutive qu’à la leur. Les technologies et infrastructures biologiques et politiques capables d’intervenir sur les gènes ne sont donc pas nouvelles en elles-mêmes.

C’est le niveau de leur intervention qui est en train de changer quand on passe de la sélection à la précision, du plasmide à la nucléase, du maïs au grand primate. La technologie de gouvernement des modifications du vivant doit évoluer en conséquence.

Ambiguïté chinoise

Certains pays sont en avance sur d’autres sur ces sujets. Alors que les Européens ont toujours été précautionneux, la Chine avance à grands pas. Elle n’y a pas toujours été ouverte. Mais un signal important a été donné en 2013, lorsque Xi Jinping, président chinois, a livré lors d’un discours de politique agricole sa propre expérience du début des années 1960, époque de disette qui est restée traumatique dans l’histoire politique de la RPC.

C’est un sujet politique sensible : la Chine posséderait dans ses greniers une « réserve stratégique » de grain pour les cas d’urgence deux fois plus importante que ce qui serait considéré comme suffisant par les autres pays (six mois au lieu de trois).

En 2015, 3,7 millions d’hectares de cultures transgéniques (dont beaucoup de coton) étaient cultivés sur le sol chinois. La culture du maïs transgénique, parfois importé des États-Unis, reste problématique. La structure institutionnelle chinoise, portée par une conception de la séparation des pouvoirs étrangère à la nôtre et qui laisse peu de place à certaines formes de contestation sociale, permet parfois d’avancer vite sur des sujets considérés comme stratégiques.

Le passage de la modification génétique à l’humain sera peut-être d’autant plus facile que la forte présence de l’État dans la reproduction est déjà intériorisée pour une bonne partie de la société chinoise. Des années de politique de l’enfant unique ont fait de la notion de « planning familial » une mécanique d’invasion de l’intimité procréatrice.

La modification de cette politique en 2016 n’a pas entraîné de rebond massif de natalité : l’idée de l’enfant unique « qualitatif », bénéficiant de la totalité de l’investissement familial dans son éducation, dans sa santé et dans la réalisation de son potentiel futur, semble fermement ancrée dans toute une partie de la société, notamment urbaine. Dans ce cadre, faire en sorte que l’enfant à naître soit issu d’un embryon dont on aura sélectionné, modifié ou promu certains variants ne serait qu’un maillon de plus dans une longue chaîne. Le généticien Georges Church aurait commencé la liste des gènes à explorer, parmi lesquels se trouve CCR5 (Lulu serait homozygote sur le variant delta 32 de ce gène, ce qui lui conférerait une immunité innée à un certain type de VIH).

Dans un tel contexte, si d’autres nations incorporent dans leurs schémas de planning familial ces nouvelles technologies de procréation, il nous sera difficile de rester en arrière par rapport à une certaine idée que l’on peut se faire de l’évolution. Ce serait même insupportable pour des parents porteurs de variants pouvant provoquer des maladies monogéniques graves de devoir se résoudre à prendre le risque de faire naître des enfants malades alors que la technologie pouvant les faire naître en meilleure santé existe dans d’autres pays.The Conversation

Guillaume Levrier, Doctorant – CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po), Sciences Po – USPC

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Gene-edited babies: China wants to be the world leader, but at what cost?

File 20181126 140537 6bgiwe.png?ixlib=rb 1.1
Embryos with eight cells.
DOI:10.1038/nature23305

Guillaume Levrier, Sciences Po – USPC

Recent claims of the world’s first gene-edited babies have sparked a strong response, to say the least. In particular, the Southern University of Science and Technology, which employs the researcher involved, He Jiankui, stated in a press release that they were not aware of his work, that it took place off campus, and that it was a case of potential scientific misconduct that would not go unaddressed.

The striking news marks a sharp increase in the controversy surrounding human genome editing. But this isn’t the first time a Chinese team has used the CRISPR technique on human embryos in a way that few researchers from other countries have attempted, and the country has claimed several firsts in the field.

The debate about China’s advances in this area broke out of laboratories and scientific circles a few years ago. In a 2015 New York Times article, “A scientific ethical divide between China and West”, Yi Huso, director of research at the Chinese University of Hong Kong Centre for Bioethics, stated: “I don’t think China wants to take a moratorium […] People are saying they can’t stop the train of mainland Chinese genetics because it’s going too fast.”

However, there are some important things to understand about the state of human genome editing in China today. First, access to surplus embryos in China isn’t much easier than anywhere else. On average, 83% of Chinese couples going through IVF procedures decide to keep their embryos up to three years after giving birth to a child. In the United States, approximately 62% of American couples keep their embryos up to five years after a birth. In France, of 220,000 frozen surplus embryos, just 20,000 can be made available for research, and less than 10% of those have been effectively used.

The new technological race

But China has entered a “genome editing” race among great scientific nations and its progress didn’t come out of nowhere. China has invested heavily in the natural-sciences sector over the past 20 years. The Ninth Five-Year Plan (1996-2001) mentioned the crucial importance of biotechnologies. The current Thirteenth Five-Year Plan is even more explicit. It contains a section dedicated to “developing efficient and advanced biotechnologies” and lists key sectors such as “genome-editing technologies” intended to “put China at the bleeding edge of biotechnology innovation and become the leader in the international competition in this sector”.

Chinese embryo research is regulated by a legal framework, the “technical norms on human-assisted reproductive technologies”, published by the Science and Health Ministries. The guidelines theoretically forbid using sperm or eggs whose genome have been manipulated for procreative purposes. However, it’s hard to know how much value is actually placed on this rule in practice, especially in China’s intricate institutional and political context.

In theory, three major actors have authority on biomedical research in China: the Science and Technology Ministry, the Health Ministry, and the Chinese Food and Drug Administration. In reality, other agents also play a significant role. Local governments interpret and enforce the ministries’ “recommendations”, and their own interpretations can lead to significant variations in what researchers can and cannot do on the ground. The Chinese National Academy of Medicine is also a powerful institution that has its own network of hospitals, universities and laboratories.

Another prime actor is involved: the health section of the People’s Liberation Army (PLA), which has its own biomedical faculties, hospitals and research labs. The PLA makes its own interpretations of the recommendations and has proven its ability to work with the private sector on gene editing projects. In January 2018, the Wall Street Journal reported that 86 patients had been enlisted into a clinical trial in an attempt to cure cancer. A Chinese start-up, Anhui Kedgene Biotechnology, was involved in this partnership with the PLA hospital 105, in Hefei province.

It is still to early to tell what is really at stake here. The Ng-Ago precedent should make everyone cautious of such major announcements: even published articles can be retracted, and peer-reviewed research amended. This announcement is not even at that stage. And the media timing is just a bit too perfect, as Antonio Regalado, MIT Technology Review’s senior biomedicine editor, stated in a tweet:

This is clearly not the end of the story, just another dramatic step into the new age of gene editing.The Conversation

Guillaume Levrier, Doctorant – CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po), Sciences Po – USPC

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Un scientifique chinois a-t-il fait naître les premiers bébés CRISPR ?

File 20181126 140540 calk72.png?ixlib=rb 1.1
Embryons avec huit cellules.
DOI:10.1038/nature23305

Guillaume Levrier, Sciences Po – USPC

« La Chine a la réputation d’aller vite – parfois trop vite – avec CRISPR. »
Tetsuya Ishii, spécialiste de la bioéthique à l’université de Hokkaido.

Selon les informations du MIT Technology Review, une équipe chinoise serait sur le point de révéler avoir réimplanté des embryons humains modifiés par nucléases, en l’occurrence de type CRISPR. L’annonce pourrait en être faite demain, au deuxième sommet international sur l’édition du génome humain, à Hong Kong. De quoi s’agit-il ? D’un essai clinique visant à modifier le gène CCR5, dans le but d’immuniser une personne contre le virus du sida, le VIH.

L’annonce a provoqué le trouble, c’est le moins que l’on puisse dire. Dans un communiqué, l’université Southern University of Science and Technology qui emploie le chercheur Jiankui He responsable de l’expérimention le dénonce : l’Université n’était pas au courant; les recherches se sont déroulées hors du campus et il s’agit, pour les responsable de l’institution d’une affaire d’inconduite scientifique qui ne restera pas sans réactions. Il semblerait aussi que l’Académie des sciences se retire du sommet sur le génome humain.

Des fœtus à l’immunité transformée

Ce n’est pas la première fois qu’une équipe chinoise utilise la technologie d’édition des génomes CRISPR-Cas9 pour cibler ce gène particulier. En effet, certaines personnes ayant un profil génétique particulier (on dit qu’elles sont homozygotes sur l’allèle CCR5 Delta 32), génèrent des globules blancs (leucocytes) dont la surface n’est pas atteignable par certains virus, dont celui du sida. L’enjeu de ces recherches est donc de faire naître des enfants disposant d’une immunité innée à ces maladies.

Technologie CRISPR : attention aux idées reçues.

Cette nouvelle fracassante est une brusque accélération dans une controverse à la fois économique et éthique qui oppose la Chine à l’Occident au sujet d’une technologie qui va sans aucun doute révolutionner l’agriculture, la médecine, et peut-être l’espèce humaine. Le débat s’est échappé des laboratoires depuis plusieurs années. Le New York Times titre ainsi dès 2015 : « Un fossé éthique scientifique entre la Chine et l’Occident » et cite Yi Huso, du Centre pour la Bioéthique de l’Université chinoise de Hong Kong : « Les gens disent qu’ils ne peuvent pas arrêter le train de la génétique en Chine parce qu’il va trop vite ».

Au-delà des fantasmes, que peut-on dire aujourd’hui de précis ? Il ne faut tout d’abord pas projeter de stéréotypes sur l’exemple chinois. L’utilisation des embryons surnuméraires en Chine n’est pas plus libérale en Chine qu’aux États-Unis, voire qu’en France. En moyenne, 83 % des couples chinois ayant recours à la FIV décident de garder les embryons entre 0 et 3 ans après avoir eu des enfants, là où 62 % des couples américains gardent leurs embryons entre 0 et 5 ans après un accouchement. En France, l’Agence de Biomédecine rappelle qu’en 2015 sur 220 000 embryons congelés, 20 000 embryons surnuméraires étaient proposés par les couples à la recherche, dont moins de 10 % avaient effectivement été utilisés.

Course au génome

La technologie CRISPR appliquée à ces embryons a entraîné une course technologique au « genome editing » entre grandes puissances scientifiques. Carl June, professeur d’immunothérapie à l’Université de Pennsylvanie, la compare à la rivalité entre les États-Unis au temps de la conquête de l’espace au milieu des années 1950 : « Je pense que cela va déclencher un Spoutnik 2.0, un duel biomédical sur le progrès entre la Chine et les États-Unis, ce qui est important parce que la compétition améliore généralement le produit final ».

Ces progrès ne se font pas deus ex machina. La Chine investit en effet massivement dans le secteur des sciences de la vie depuis plus de 20 ans. Le Neuvième Plan Quinquennal (1996-2001) mentionne déjà l’importance des biotechnologies. Le plan actuel (Treizième Plan Quinquennal) est encore beaucoup plus explicite. Il contient une section dédiée au développement des biotechnologies efficaces et avancées (发展先进高效生物技术) et liste parmi les secteurs clefs les « technologies d’édition du génome » (基因编辑技术) comme moyens de « placer la Chine à la frontière de l’innovation en biotechnologie et de devenir tête de file dans la compétition internationale dans ce secteur » (提升我国生物技术前沿领域原创水平,抢占国际生物技术竞争制高点).

La recherche sur l’embryon est encadrée en Chine par un texte, les « règles éthiques pour la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines », publié en 2003 par les ministères des Sciences, Technologies et de la Santé. L’article 3.9 interdit en théorie la réimplantation d’un embryon génétiquement modifié dans un but reproductif. Si ses termes sont largement inspirés des standards internationaux, l’article 11 précise que l’interprétation de ce texte se fait par les administrations des ministères en charge, et qu’elle précède sa mise en œuvre. La valeur de ce texte dans la hiérarchie des normes est difficile à situer, notamment du fait du système institutionnel qui entre en jeu pour toutes ces questions.

En théorie, trois acteurs sont importants dans le système politique de recherche et d’application en matière biomédicale en Chine : le ministère des Sciences et Technologies, le ministère de la santé, et l’agence de sécurité sanitaire (chargée de l’alimentation, des médicaments et des cosmétiques). En réalité cependant, d’autres acteurs ont une présence forte. Les régions sont chargées d’interpréter et de faire respecter les « recommandations » émises par les ministères, parfois avec des variations assez importantes, comme cela a été le cas avec les cellules souches. L’Académie nationale chinoise de médecine est aussi une institution puissante, qui dispose d’un maillage d’hôpitaux, de facultés et de laboratoires sur tout le territoire chinois.

Un facteur de taille vient aussi ajouter à cette complexité, celui de la recherche militaire. Les facultés de médecine et hôpitaux militaires sont gérés par la section santé du département général de la logistique de l’Armée Populaire de Libération (APL). Ce département serait quasi-souverain pour interpréter et mettre en œuvre les recommandations nationales formulées par les ministères. Cette latitude, et la capacité de l’APL à travailler avec le secteur privé sur des enjeux de frontière technologique, s’est déjà révélé avec l’usage de CRISPR ex vivo dans le cadre d’essais cliniques.

Le Wall Street Journal a ainsi révélé en janvier 2018 que 86 patients ont subi une intervention par nucléase CRISPR. Le Dr. Wu, président du centre de cancérologie de l’hôpital de Hangzhou et interviewé par le WSJ pour cette enquête, explique que ses patients sont atteints de cancers en phase terminale : CRISPR est « à double tranchant […] si nous n’essayons pas, nous ne saurons jamais ». Mais cette intervention n’était, toujours selon cet article, pas la première. Une startup chinoise, Anhui Kedgene Bioetchnology, aurait convaincu l’hôpital de l’Armée Populaire de Libération numéro 105, dans le Hefei, de tenter des thérapies anticancéreuses ex-vivo basées sur CRISPR.

Dans le monde occidental, c’est le Nuffield Council on Bioethics qui a le mieux pris la mesure des enjeux institutionnels et politiques de l’édition du génome humain in-vitro. Son dernier rapport sur la question s’accompagne d’une publication dédiée à la gouvernance de ces enjeux en Chine.

Analyse topographique des participations au chapitre « Examens génétiques et médecine génomique » de la plateforme en ligne mise en place par le Comité National Consultatif d’Éthique français en 2018.
Guillaume Levrier

En France, ce sujet se situe en creux des Etats généraux de la bioéthique, un des neufs chapitres mentionnant les « ciseaux génétiques ». L’analyse préliminaire des résultats de la consultation organisée en ligne par le Conseil consultatif national d’éthique semble montrer que la société française est encore très clivée sur ces sujets. Si les différents sondages peinent à rendre compte de l’existence d’un consensus sur des questions dont les enjeux sont trop peu vulgarisés pour être clairement débattus, cette consultation indique que des groupes sociaux très structurés se sont emparés de ces questions et se préparent à livrer bataille sur le plan politique.The Conversation

Guillaume Levrier, Doctorant – CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po), Sciences Po – USPC

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

CRISPR : comment gouverner et légiférer les modifications du génome ?

File 20181126 140513 1r0vz08.png?ixlib=rb 1.1
ADN.
Caroline Denis/Flickr

Guillaume Levrier, Sciences Po – USPC

« Intervenir délibérément dans le génome humain dans le but de sélectionner des traits pour de futurs enfants est désormais devenu une possibilité claire et réelle ». L’affirmation, en particulier quand elle est sortie de son contexte, semble irréelle. Intervenir dans le génome, pour sélectionner des traits, puis faire naître des enfants, appelle immédiatement dans l’imaginaire du lecteur des représentations contrastées. Des romans de science-fiction aux discours eugénistes du XXe siècle, des progrès des thérapies géniques aux énoncés d’interdits religieux, le citoyen ne sait plus sur quel pied danser. Les processus d’élaboration de politiques publiques doivent donc rapidement retrouver leur équilibre.

L’édition du génome repose ici sur la capacité à utiliser des nucléases, c’est-à-dire des enzymes qui agissent sur l’ADN ou l’ARN. Elles ont pour capacité de cliver (ou couper) des zones précises du génome et d’orienter sa réparation afin d’inactiver ou de modifier certaines de ses séquences. Cette technologie pourrait devenir disponible en clinique in vitro à moyen terme. Il reste des incertitudes techniques de taille à lever, notamment sur le type et la fréquence des recombinaisons de l’ADN qui se produisent lorsqu’on introduit la nucléase dans l’ovocyte en même temps que le gamète mâle. Les problématiques des effets hors-cibles ou de potentiels effets cancérogènes sont manifestement, à moins d’un retournement de situation, en train d’être levées.

Politique publique des biotechnologies

La question de la mise en politique de cette biotechnologie de rupture c’est-à-dire de sa transcription par les institutions en une série de problèmes de politique publique qu’elles doivent résoudre, se pose donc avec de plus en plus d’insistance.

Les nucléases qui pourraient permettre ce type d’interventions sont peu nombreuses. Si les nucléases à doigts de zinc (Zinc Fingers, souvent abrégé en ZFN) et les nucléases TALE (ou TALEn) ont déjà montré des résultats ex- et in-vivo, les nucléases de type CRISPR, dont les protéines associées Cas se déclinent, se spécialisent et s’opérationnalisent de plus en plus rapidement. Elles seront probablement celles qui seront le plus rapidement utilisées in-vitro. Loin de se cacher derrière une distinction entre recherche fondamentale et recherche appliquée plus ou moins contrastée selon les pays, le scientifique et le politique ont bien compris ce que ces innovations portaient en elle. Le citoyen, lui, n’est pas encore assez entré dans le débat.

Faire des choix pour l’humanité

Les messages envoyés aux différents publics qui constituent les sociétés sont nombreux, complexes, et bien souvent contradictoires. La doxa conservatrice de l’essentialisme génomique des années 1980, dont les racines sont plus religieuses que scientifiques, a trouvé un renouveau et un soutien inattendu de la part des start-up américaines.

Cet imaginaire déterministe a deux pendants. Au niveau individuel, il procède de l’idée que l’identité de l’individu serait largement constituée d’une expression figée et immuable d’un génotype, ce dernier étant déterminé lors de la fécondation. La stabilisation du génotype serait alors une sorte de réceptacle pseudoscientifique à l’idée d’une âme insufflée par le divin, et un argument contre certaines libertés fondamentales, dont l’avortement.

Les entreprises de séquençage génomique américaines se basent sur le même schéma : en vous donnant le contenu de votre patrimoine génétique, ils prétendent pouvoir vous donner des informations sur vos capacités. En réalité, leur modèle économique repose sur la revente de vos données aux grands groupes pharmaceutiques.

A une échelle supérieure, cette conception se retrouve dans certaines déclarations internationales, comme celles portées par le Conseil de l’Europe ou l’Unesco, qui soutiennent de façon plus ou moins explicite l’idée d’un « génome humain », dont il faudrait défendre l’intégrité. Emmanuel Macron, dans un interview au magazine américain Wired, emploie lui-même l’expression : « [La] préférence que nous accordons tous, face au progrès technologique, aux libertés individuelles, à l’intégrité de l’être humain et de l’ADN humain[…] ».

Cette notion n’a pourtant aucun sens biologique : le génome humain n’est pas un objet stable, simple, structurellement distinct du génome d’autres organismes. C’est une séquence sans être un langage, un type d’information dont l’expression varie beaucoup (d’où la notion d’épigénétique) et dont une partie importante du contenu nous échappe. Cette complexité en fait un objet politique difficile à traiter. Elle implique de gérer un rapport à l’incertitude scientifique et de faire évoluer une certaine conception de ce qu’est l’humanité.

Une politique des nucléases à construire : tour du monde des règles

Cette apparente aporie n’est pas sans lien avec la difficulté de mettre en politique le désastre écologique annoncé. Lorsque Vladimir Vernadski, disciple de Mendeleïev et contemporain de Curie, Bergson et Teilhard de Chardin, popularise l’idée de « Biosphère », il place l’homme dans une perspective unique : celle d’un agent de la Biosphère, région de l’écorce terrestre occupée par la vie, capable d’une action géologique (à l’époque par la fertilisation des champs rendue possible par la synthèse de l’ammoniac), et donc par ricochet et de façon rétroactive, d’une action biologique d’une échelle inégalable. De l’entre-deux-guerres à aujourd’hui, le politique a été incapable d’en tirer des moyens de gouvernance opérationnels.

Afin de ne pas placer une politique des nucléases dans une même situation d’échec, les institutions devront donc trouver un moyen de mettre en place des mécanismes capables de formuler les bonnes questions, et de doter la société des outils pour construire des réponses.

Certains de ces processus commencent à émerger au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Chine, pays dans lesquels des laboratoires poursuivent leurs recherches en utilisant CRISPR-Cas9 sur des embryons humains.

Dernier en date à se positionner sur la question, le Japon a révélé le 28 septembre 2018 des recommandations rédigées par un panel d’expert visant à encourager l’usage des techniques d’édition du génome sur les embryons à des fins de recherches tout en réaffirmant des mises en garde contre leur réimplantation. Ces recommandations seront mises en débat dans les prochaines semaines puis seront mises en place l’année prochaine. En l’état actuel des choses, elles n’empêchent pas la modification d’un zygote au Japon puis son envoi dans un autre pays à la réglementation plus souple, où il pourrait être réimplanté.

Cette préoccupation fait écho aux procédures de transfert d’ADN mitochondrial, dont les premières ont officiellement été lancées début 2018 au Royaume-Uni après plus de 15 ans d’analyses et de débats publics, mais qui auraient déjà été réalisées au Mexique et en Ukraine par une clinique privée américaine.

Tous ces pays sont bien conscients des enjeux humains, mais aussi économiques et légaux dans un contexte de grande mobilité de la science, des capitaux et des individus. La France, elle, est dans une situation particulièrement contrastée. On y trouve à la fois des agents très informés qui portent ces enjeux au niveau politique, et de structures conservatrices très organisées qui voient ces enjeux comme au cœur de leur raison d’être. Cela ne signifie pas que tout débat soit impossible. Ces sociétés devront trouver des méthodes capables de produire un consensus.The Conversation

Guillaume Levrier, Doctorant – CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po), Sciences Po – USPC

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.